lundi 15 janvier 2018

EN VERITE SI TU T'AMELIORES....

"En vérité, si tu t'améliores, tu pourras te relever, sinon le Péché est tapi à ta porte : Il aspire à t'atteindre, mais toi, sache le dominer ! " 
Berechit (Genèse) 4:7


C'est sous le Nom d'Adonaï que ces paroles sont adressées à Qaïn. Une douceur dans le Nom , Elohim ayant sans doute voulu, par là, démontrer une de ses Faces.
Adonaï est le pluriel d'Adon : Maître. Tout comme Elohim est le pluriel d'Eloha, celui qui de fait EST. IL est tout à la fois, donc au pluriel il est tous et toutes en sa création partout omniscient agissant dans TOUT.

Il vient ici annoncer que lui les Maîtres de toutes choses , y compris de ceux qui sont déchus, les anges et leur chef ténébreux, sait, voit et propose la solution. IL parle à Qaïn d'un maître qui veut l'aspirer dans son deuxième ciel, et pour ce faire il lui parle en tant qu'Adonaï, rappelant par là , qu'il est le seul Maîtres au pluriel, parce qu'en toutes choses, en tous lieux, c'est lui le Maître de tout et de tous.

Cette subtilité n'est accessible dans l'entendement qu'à ceux qui ont un cœur d'enfant , aspirant à connaitre YHWH, l'Elohim , pluriel de celui qui est en Tous. L'esprit étriqué romain, et humain, ne peut saisir cette dimension , elle est intemporelle, inaccessible aux sages de ce monde.

Adonaï s'adresse à Qaïn. Lui qui sait tout avant toutes choses, ne détruit pas ce frère jumeau destructeur; bien au contraire, il lui révèle son péché. Il lui annonce qu'il Sait ce qui se passe dans ses pensées, il l'avertit de ne pas aller dans l'action, de résister à ses pensées meurtrières.
Le verset en question est d'une richesse inestimable , en hébreu cela donne au mot à mot :

En Vérité, SI,...Cela renvoie aux multiples et fameux En Vérité prononcés par Yahshoua la Parole faite chair...

Un avertissement d'encouragement...: C'est DANS la Vérité  , assisté du Si, conditionnel relevant uniquement du vouloir de l'Homme. L'action consiste à conjuguer deux volontés, celle d'Adonaï, détenteur de la Seule et Unique Vérité d'avec celle de l'homme .
Celle d'Elohim est déjà acquise, elle est , a été et sera à jamais existante, elle est Pure. Celle de l'homme est variable, conditionnelle, subjective, malléable, pécheresse...

Il appartient à l'homme de retourner la situation, comme la face du Nun lettre hébraïque, contenant les deux versants inhérents à l'être humain, le mal et le bien.

En Vérité , Si, tu fais avec joie, si tu obtiens mon assentiment, si tu fais avec approbation, si tu rends heureux, si tu fais d'une façon juste et belle ...Telle est la traduction hébraïque des trois premiers mots...

Nous avons dépassé le maigrelet "si tu fais bien"...

Adonaï interpelle Qaïn, lui faisant prendre conscience, qu'il a quitté la joie, qu'il prépare sans l'approbation de celui qui est tout, que sa façon de faire est laide, injuste....

Il lui rappelle qu'il peut à lui tout seul gagner la bataille et vaincre l'aspiration du monde des ténèbres.

Le mot Porte trouve sa racine dans le mot Visage. La lettre Pé...

C'est de là que découlent, la bouche, la médisance, le pouvoir de la vie et de la mort. Le Péché est passé des pensées à la bouche chez Qaïn ! Sans aucun doute, il devait ressasser à voix haute ses intentions, sa rancune, sa colère, son désir de faire du mal, de se venger.

Confronté à la Vérité, Qaïn pouvait dès lors se ressaisir, fort de la présence d'Adonaï, sachant qu'il n'était pas condamné mais appelé à se repentir, à changer d'intention, à se soumettre à l'approbation d'Elohim, à vivre la joie et non les ténèbres.

Le nœud de toute cette triste histoire émane d'une richesse validée par Adonaï. Les deux frères étaient riches , puisque les deux seuls à posséder dans leur travail, tout le jardin, champs et terres, animaux. Aucune concurrence à l'horizon.

L'un a tout donné en Sacrifice, ses biens propres, les animaux. Une fois tués, ils ne peuvent revenir à la vie. C'est compter sur la multiplication par le Créateur, pour que le troupeau perdure.

L'autre a donné une partie de ses biens, issue d'un monde maudit, la chute d'Adam et d'Eve ayant provoquée la malédiction de la terre, vouant les hommes à travailler dur pour obtenir des gains...

Mamon était bel et bien présent chez Qaïn qui ne voulait en aucun cas se démunir plus qu'il n'avait...
Il savait la condamnation d'Adonaï sur les hommes par le dur labeur des champs. IL pensait néanmoins forcer la gratitude et la bénédiction d'Elohim , en lui offrant des sacrifices puant Mamon.

Oui, la racine de tous les maux , c'est l'amour de l'argent. 
1 Timothée 6:10

L'argent , en d'autre terme Mamon, ou encore l'Ange de Lumière, ou encore Satan, ou encore le Mal , ou encore le Péché...

De même qu' Elohim a une multiplicité d’attributs, de même Mamon en possède également.

La richesse, la possession, sont les deux mamelles d'une non-thora. La non-thora signifiant le refus d'appliquer les Instructions, les ordonnances de la volonté du Père; il devient indéniable que la désobéissance en toutes choses, relève d'une volonté de pouvoir, de possession, de contrôle, de substitution à Elohim. Calife à la place de Calife.

Qaïn a donné de la poussière à Elohim, Abel a offert la Vie.

En mettant à brûler les victuailles, Qaïn a fait monté une odeur nauséabonde jusqu'au trône d'Elohim.
En sacrifiant les animaux, Abel a prophétisé que seul le sang sur l'Autel a pouvoir de rachat sur la condamnation faite dans le Jardin d'Eden, lorsque ses parents ont reçu la sentence de mort pour le restant de l'humanité.

Quel avertissement pour nous autres, lecteurs du Tanakh et du pacte Neuf ! Les motivations de nos actes, de nos "sacrifices" doivent être mis à la lumière de nos cœurs et de nos pensées. Bien souvent, En Vérité , Si... va résonner et bien souvent , ce qui pour nous semble "juste" va devenir de la Paille au feu semblable aux sacrifices de Qaïn.

Reste la décision qui nous incombe, et c'est bien là la Vraie Liberté que nous laisse par Amour Adonaï

J'en atteste sur vous, en ce jour, le ciel et la terre : J'ai placé devant toi la vie et la mort, le bonheur et la calamité; choisis la Vie! Et tu vivras alors, toi et ta postérité.
Devarim (Deutéronome) 30:19

Le "J'en atteste sur vous," fait écho au "En Vérité, Si,..."....

La victoire sur le Péché, qui n'est autre que de faire ce que bon nous semble, de donner à Elohim ce que bon nous semble, de faire pour Elohim ce que bon nous semble, et bien sûr en rien de ce qui est bon selon la vérité d'Adonaï, c'est, une fois pour toute, de faire Retour définitivement, d’abandonner Mamon, ses richesses,  pour devenir des Abel, sacrifiant le meilleur, c'est à dire tout, pour son Elohim.+

vendredi 5 janvier 2018

ENTETE DES DOULEURS

"Dis-nous quand cela sera? Quel est le signe de ton avènement et de l'achèvement de l'ère?"
Yahshoua répond et leur dit : "Prenez garde que nul ne vous égare ! Oui, beaucoup viendront en mon nom et diront:
"C'est moi le mashiah" et il en égareront beaucoup.
Vous allez entendre des guerres et des rumeurs de guerre:
voyez à ne pas vous troubler, il faut que cela arrive.
Mais ce ne sera pas encore la fin.
Oui, se réveillera nation contre nation, royaume contre royaume, avec des famines et des séismes par endroit.
Tout cela, entête des douleurs.
Alors ils vous livreront à la tribulation, ils vous tueront, et vous serez haïs par tous les goîm, à cause de mon Nom.

Alors beaucoup trébucheront; ils se livreront les uns les autres; ils se haïront les uns les autres.
Beaucoup de faux inspirés se réveilleront; ils en égareront beaucoup.
A cause du comble de la non-tora, il se refroidira l'amour de beaucoup.
Mais qui tiendra jusqu'à la fin sera sauvé.
Mathieu 24: 3 - 13


Les disciples s’enquièrent du signe de l'avènement , c'est-à-dire du retour du Mashiah ET de l'achèvement de l'ère, à savoir la fin des 5 mille ans, l'ouverture du Millénium.

C'est dans ce contexte bien précis, que Yahshoua élargit la compréhension de ses adeptes, leur donnant matière à transmettre des révélations précieuses. Chose que fera Mathieu en transcrivant ce que nous pouvons méditer de nos jours.
Or nos jours actuels, nous le savons, s'inscrivent dans l'achèvement de cette fameuse Ere. Même les goîm sentent, annoncent, voient arriver la fin d'une époque sans forcément connaître la suite.

Nous sommes instruits de la suite, à moins de vouloir jouer aux aveugles pour permettre à notre chair, nos aspirations les plus secrètes, de subsister...

C'est bien pour cela que Yahshoua lève le rideau sur un mystère : Comment des "disciples" d'Adonaï, ambassadeurs du NOM et du Royaume à venir? pourraient perdre l'Amour venu d'en-haut ?

De certains de croire et de penser que ne sont concernés que les goîm, or la relecture des propos de Yahshoua ne laisse aucun doute :
C'est dès l'Entête des douleurs, comprenons bien le fameux "travail de la femme qui va accoucher" , cité à maintes reprises par la Parole, que les tribulations commencent.

Est-ce à croire que ces fameuses périodes terribles ne sont concomitantes qu'avec l'arrivée de l'impie ?
Non bien sûr, elles se manifestent dès l'entête, bien avant que l'impie n'apparaisse.

Le fait que le monde vive "sans Torah" met en lumière la ténacité des enfants d'Adonaï a resté dans la sainteté, à se sanctifier. La "non-Torah", précisée par Yahshoua, engendre, de fait, une épidémie au cœur même du corps du Mashiah. Or, l'opposant suprême de la Torah porte l’emblème de l'ange de lumière, le déchu qui combattra jusqu'à sa fin l'humanité, voulant entraîner avec lui le maximum de perdus.

Se croire invincible parce qu'inscrit dans les rangs d'Elohim-Cébaot c'est croire que le Titanic est invincible...L'histoire tristement célèbre en  a démontré le contraire.

Il est un fait affreusement triste, affreusement effrayant, l'amour de beaucoup refroidit. La cause essentielle ? Le manque de Torah, c'est-à-dire l'instruction de la Parole donnée par Elohim ET son application.

De beaucoup s'imaginent être à l'abri parce que pratiquant la lecture de la Torah. Néanmoins la parade n'est point suffisante, puisque Yahshoua prévient que de faux-inspirés se REVEILLERONT.

Le mot est fort ! cela sous-entend que parmi le troupeau du Père, des judas sommeillent, présentant sous tous rapports , une attitude, des faits, et des actions pieuses alors que leurs cœurs et leurs aspirations sont inhérents au deuxième ciel.

Se réveiller signifie que la maison a été nettoyée mais qu'elle est restée vide. Se réveiller, signifie que la volonté affichée est un simulacre jusqu'au jour où le vrai maître des lieux sifflera le ralliement de ses troupes ténébreuses. Il s'agit de Mamon, le seul responsable de tous les maux nous prévient la Parole.

Nul ne peut servir deux maîtres...encore faut-il savoir lequel nous voulons réellement servir. Quand les tribulations commencent le cœur se réveille démontrant quel enfant nous sommes.
L'argent est au cœur des conflits ,il est à l'évidence une appartenance au monde rebelle.

La jalousie, la colère et toutes disputes sont des révélateurs incontestables d'une présence mamonique, faisant de nous des enfants rebelles à la Torah, nous amenant alors à la délation et la traîtrise quant au corps du Mahsiah. Nous sommes près à vendre père et mère, frère et sœur pour notre confort, notre volonté de pouvoir, de régence et autre acabit .

Mamon est l'essence même du pouvoir. Le pouvoir sur l'autre, sur les autres. C'est l’antinomique de l'Amour sorti tout droit du cœur du Père.
Nous constatons de nos jours combien le Monde, l'humanité, sont centrés sur l'économie, sur l'argent, le pouvoir, acheter et vendre.

La Parole prévient que l'achèvement de notre Ere se fera comme au temps de Noé, les hommes passeront leur temps à construire, acheter, devenir propriétaire, ranger, aménager leurs demeures, marier leurs enfants, vivre pour eux mais jamais pour Elohim.

C'est exactement ce que nous observons actuellement, d'autant que les "enfants d'Elohim", pour beaucoup, agissent littéralement comme les pratiquants de la non-Torah, ils passent leurs temps à construire leur nid douillet plutôt que de tout quitter pour suivre Yahshoua.

Alors ils se mettent à haïr ceux, qui envers et contre tout, restent fidèle à la Torah. Ils se mettent à "tuer" par leurs faits et gestes, par leurs paroles. Ils maudissent, livrant ainsi à l'ennemi ceux qui sont bel et bien des brebis que l'on emmène à la boucherie, comme leur Maître, leur Adon bien-Aimé.

Mamon est un assoiffé d'esclaves, Elohim est un dispensateur d'Amour inconditionnel.

Oui, l'amour de beaucoup refroidit.

samedi 16 décembre 2017

"MAIS, PAR AMOUR, ASSERVISSEZ-VOUS LES UNS AUX AUTRES."

Oui, vous avez été appelés à la liberté, frères, non pas à la liberté pour l'avantage de la chair, mais, par amour, asservissez-vous les uns aux autres.
Oui, toute la Torah est accomplie en une seule parole, dans le :
"Aime ton compagnon comme toi-même!"
Mais si vous vous mordez et dévorez les uns les autres, prenez garde d'être détruits les uns par les autres.
Oui, je le dis : Marchez dans le souffle, et vous n'accomplirez d'aucune manière le désir de la chair, oui, ils sont adversaires l'un de l'autre, en sorte que vous ne faites pas ce vous voudriez.
Mais si vous êtes conduits par le souffle, vous n'êtes pas sous la Torah.
Or, les œuvres de la chair sont manifestes : puterie, impureté, débauche, idolâtrie, sorcellerie, haines, discorde, jalousie, emportements, rivalités, divisions, factions, envies, beuveries, orgies, et ce qui leur est semblable.
Je vous le prédis comme je l'ai déjà prédit :
Ceux qui pratiquent cela n'hériteront pas du Royaume d'Elohim.
Mais le fruit du souffle est l'amour, le chérissement, la paix, la patience, l'obligeance, la bonté, l’adhérence, l'humilité, la maîtrise de soi; ce contre quoi la Torah n'est pas.
Galates 5:13-22

Paul s'adresse aux Galates , peuple des Gentils, ayant adhérés au Mashiah, Yahshoua.
Il est important de bien situer le contexte et à qui écrit Paul. La missive concerne exclusivement des goyim nés de nouveau , olivier sauvage, enseignés dans toute la Torah. Cette qehila grandit dans l'enseignement du Tanakh accompli par le Ben Elohim, Yahshoua.

Or il advient que leur comportement redevient conforme au paganisme antérieur , ils ont oublié l'essence même de leur délivrance, ils sont retournés à la boue de leurs péchés.

Pour que Paul s'oblige à préciser les manières de vivre relatives à tout disciple de l'Adon, c'est que la qehila développait des actions de vie indignes d'Elohim, faisant rougir le Fils !

A la lecture de ces lignes salvatrices, nous devons comprendre que nous avons nous aussi à sonder nos attitudes, nos motivations, tout ce qui se cache derrière ce que l'on fait, ou non..., ce que l'on dit, ou non...

La chair ne mourra qu'au retour du Fils de l'homme ! Jusque là nous avons à nous battre avec elle selon ce que dit explicitement Paul au verset 17 :

Le souffle et la chair sont "adversaires l'un de l'autre".

Pouvons-nous alors croire un seul instant qu'ayant reçu le souffle de Vie , le Ruah, nous n'ayons plus à combattre notre chair ? Quel orgueil de croire une telle chose !
Nous avons à mettre au poteau chaque jour notre chair, à veiller sur cette ennemie considérable parce que collée à nos os, enveloppe de notre souffle , elle est notre compagnon de route jusqu'à notre dernier souffle .

Si cela n'était pas, Paul n'aurait jamais sollicité les Galates à rectifier leurs conduites mauvaises !

Sournoisement, ils ont accompli les désirs de la chair . 

"Marchez dans le souffle, et vous n'accomplirez d'aucune manière le désir de la chair"

Comment donc pourrions-nous avoir le Souffle et retomber dans une manière de désir de la chair ?

Celui qui ne veille pas, n'est certes pas digne d'être soldat. Un soldat est toujours opérationnel, en alerte, cherchant l'ennemi, ayant toujours une longueur d'avance. Quand il s'assied, quand il se satisfait de son quotidien, l'ennemi vient , éveille sa chair, le soldat non pris par surprise , tombe parce qu'il n'a pas obéi à l'ordre  de VEILLER ET DE PRIER !

Ainsi Paul fait un listing d'opposition de ce qui vient du Souffle et de ce qui émane de la Chair.

En première instance nous avons le manifeste annonciateur d'une chair qui a repris l'avantage sur le souffle . Il devient intéressant de constater qu'en définitive Paul cite la dixième parole des dix Paroles, communément appelées les Dix Commandements.

Le dernier des dix précise "Tu ne convoiteras pas....Ni rien de ce qui est à ton prochain" Devarim (deutéronome) 5.
Il est question ici de la Jalousie...

La puterie, l'impureté, la débauche, l'idolâtrie, la sorcellereie, les haines, la discorde, la Jalousie; les emportements, les rivalités, les divisions, et les factions relèvent tous d'un fond commun : L'autre , celui qui nous agace, celui qui ne fait pas comme nous voulons, celui qui est avant nous, celui qui réussit mieux que nous, celui qui a plus que nous, celui qui sait mieux que nous, et ainsi de suite...

Paul nomme la Torah à deux reprises ici, et pour cause, il fait appelle au fondement des Ecrits, scellés par le Doigt d'Elohim, en personne, transmis à Moshé comme règles d'or incontournables.

C'est bien pour cela que Paul se permet , au verset 21, d'écrire noir sur blanc, une vérité terrible,

"Ceux qui pratiquent cela n'hériteront pas du royaume d'Elohim"

Mais qui est donc Paul pour décider de qui aura ou non son nom inscrit dans le livre de Vie ? Il est l'instrument choisi par le Souffle pour rappeler la Torah, ni plus ni moins.

A noter le mot "faction": le terme est fort, il signifie: faire division pour prendre le pouvoir !

D'aucuns diront : nul n'a le pouvoir sur l'autre. Certes, néanmoins dans le monde spirituel, il est des dons et des talents donnés par le Ruah a qui il veut, au moment où il veut. De même, aux  Corinthiens, Paul rappelle que l'ordre doit être de mise au sein des qehila, la soumission aux uns et aux autres est une conformité voulue par Elohim !

Ainsi ceux qui mènent faction, sont ceux qui ne supportent guère l'unité du groupe sans qu'ils en soient les meneurs, le centre, la créature supplantant le créateur. L'histoire des Fils de Koré nous est relatée comme un avertissement à ne pas suivre leur exemple...
Justifiée est donc la mise en garde de Paul concernant l'héritage du royaume à venir....

En opposition donc au listing de la chair, Paul mentionne les effets positifs du disciple mené par le Souffle. Dans son énumération le mot obligeance trouve naturellement sa place. Celui qui respecte la dixième parole devient de fait l'obligé de son prochain . Du diviseur, du jaloux, il devient celui qui participe à la réunification du Corps du Mashiah, il meurt à lui-même, se faisant non pas leader mais serviteur volontairement esclave du Ben Elohim.

La frontière est subtile ! Normale, l'ange de Lumière, est d'une subtilité à toute épreuve, et notre chair lui est asservie faisant de nous un champ de bataille continuel .

Est-ce à dire que la mission est impossible ? Ce serait oublier les derniers mots du Mashiah sur le fameux poteau de notre délivrance "J'ai tout accompli".

Sachons donc, sur le Chemin étroit , prendre notre poteau avec nous, afin de sur-veiller constamment si notre chair y est toujours bien clouée, de sorte qu'au jour final nous puissions obtenir la Couronne de Vie, espérance de notre marche sur cette terre.

mercredi 22 novembre 2017

"YHWH COMBATTRA POUR VOUS ; ET VOUS, TENEZ VOUS TRANQUILLES ! "

Moshé répondit au peuple :" Soyez sans crainte ! Attendez, et vous serez témoins de l'assistance que YHWH vous procurera en ce jour ! Certes, si vous avez vu les Egyptiens aujourd'hui vous ne les reverrez plus jamais.
YHWH combattra pour vous; et vous, tenez vous tranquilles !" Shemot (Exode) 14:14

Nous voici au cœur de l’événement le plus important du deuxième livre de la Torah. C'est ici que se joue prophétiquement la délivrance , Yahshoua, du peuple hébreu. Délivrance au lieu dit Baal-Cefon, lieu maudit, vénéré par les Egyptiens, un baal, un maître représentant la divinité suprême du deuxième ciel....

C'est précisement à cet endroit là que YHWH, nommé par son nom de Chef des Armées et non Adonaï ni Elohim, que le Créateur de l'Univers , de toutes choses, va se confronter en première instance au Malin , incarné par Pharaon, mi-dieu mi-homme.

Pour ce faire, YHWH utilisera son homme de main..., Moshé, préfigure du Mashiah à venir, purifié des eaux du Nil, tout comme Yahshoua en son temps sera purifié par les eaux du Jourdain.

Moshé , cependant doit faire face à une grande foule...une multitude , tout comme lors du régime de l'impie à venir, la grande foule devra faire un choix cruciale : Retourner vers l'esclavage de Baal-Cefon ou accepter de mourir en suivant le Mashiah. Ultime épisode qui se rapproche de notre temps actuel.

Moshé n'est guère un sur-homme, il suffit de lire son histoire pour se rendre compte que son impulsivité , à l'image d'un certain Pierre , disciple de Yahshoua, va l'amener à fuir dans le désert, lieu où lui apparaîtra Elohim dans un buisson de feu, buisson se situant dans la zone de travail de Moshé.
La similitude d'avec Pierre est saisissante, c'est sur son lieu de travail , isolé , que Pierre recevra la "visite" de Yahshoua, celui qui délivre, pour lui demander de "paître" son peuple....

Moshé doit se battre déjà pour lui-même. Pharaon, et sa cohorte, est à ses trousses...Révélation nous prédit que l'impie sous les traits du dragon, poursuivra l'épouse fidèle jusque dans le désert...
Rien de nouveau sous le soleil ! Ce qui a été sera, et nous revivrons les mêmes événements que Moshé tournant le dos aux troupes de l'ennemi pour lever son bâton de la foi, attendant l'ultime délivrance.

Cependant , dans ses oreilles, tombent les complaintes d'une multitude, pour ne pas dire de 600 000 âmes, lui reprochant un supposé échec, et une mort, aux yeux humains, certaine.

Moshé , rempli du Ruah, couvre la multitude avec force et autorité. C'est que Moshé ne s'en laisse plus conter ! Avec audace et fermeté il les rappelle à l'ordre :

Attendez !

La débandade a sans doute commencé, Moshé hurle "attendez" ! Mieux, il les rassure

"Soyez sans crainte"...

Soit Moshé est un futuriste du genre sans crainte et sans reproche, soit Moshé connaît son Elohim...Il a sans conteste la peur qui s'attache aussi à ses pensées, sauf que Moshé est un exemple ! Il doit combattre sa propre crainte et calmer celle des autres ! L'on ne peut que constater que, parmi les 600 000 hommes, personne ne s'est soucié si Moshé avait peur...

De nos jours il est effarant de constater le nombre de gens candidats à la  "consommation spirituelle" et si peu, voire si rare, au poste de Moshé, celui qui se soucie des autres sans penser à lui-même...

L'exemple de Moshé n'a pas pour but d'élever un homme au-dessus des autres, mais bien de nous faire comprendre que nous sommes  tous confrontés au même choix qui s'est présenté à Moshé : soit nous faisons partie de la grande foule qui tente de s'enfuir au premier combat, et voudrait retourner direct vers ce qu'elle a vomi, soit nous faisons partie du reste qui sait affronter les dangers et mener les combats, quoiqu'il en coûte.

Néanmoins force est de constater que Moshé ne travaille pas pour sa propre crémière, il ne pense pas à sauver sa peau , mais celles des autres. Le don de soi pour faire vivre ses biens-aimés. Amour ultime , preuve actée que sa rencontre au buisson Ardent , feu qui dévore les scories et fait du repentant un véritable disciple.


Avant de partir au combat, Moshé prend le temps de consoler , de restaurer, de rassurer le peuple ingrat et sans volonté aucune. Il rassemble les troupes, calme les craintes, et rappelle une nième fois que YHWH combattra pour eux !

Il est intéressant de relever une mauvaise traduction dans les méandres existants , à savoir que le mot "silence" a remplacé le fondamental " tranquilles" ! Moshé fait plus que de leur intimer l'ordre de se taire, il les rappelle à la raison, calme leur agitation, et fait revenir ceux qui rebroussent chemin.

N'avons-nous pas cette propension à trouver rapidement une parade quand l'angoisse nous saisit, quand les vents sont contraires ? Ne faisons-nous pas acte de rébellion quand nous battons en retraite, quand nous capitulons ?

L'histoire de Jonas en est l'exemple le plus significatif....

La parade de Moshé fait mouche, il place YHWH au centre de son discours : YHWH combattra pour vous.
Il ne doute de rien notre homme ! En effet comment croire que Cébaot le chef des Armées, va accepter de se lever pour un peuple qui ne fait que gémir, se plaindre et qui plus est, préfère l'esclavage à la liberté ?

Moshé a eu la révélation du plan entier, millénaire, d'Elohim pour l'humanité. Il sait que ce n'est pas seulement la vie de 600 000 âmes qui est en jeu, mais le Royaume à venir avec la réconciliation de YHWH et de toute l'humanité, pour ceux et celles qui veulent bien être affranchis et du péché et de l'esclavage à pérennité.

Moshé ne s'adresse pas uniquement à la grande foule de son temps, il s'adresse à toute l'humanité de la part d'Elohim:

Tenez vous tranquilles ! Attendez... Soyez sans crainte...Je vais combattre pour vous !


Face à Baal-Céfon l'enjeu est énorme : Est-ce que les hommes vont accepter la main tendue de YHWH ou est-ce qu'ils vont choisir comme Maître celui qui viendra en son temps, après Juda, investir l'impie pour mener l'ultime guerre Sainte contre Yahshoua HaMashiah ?

Qui  a compris qu'ici la confrontation des mondes spirituels n'est qu'une bataille avant la guerre finale ?
Qui a saisi que l'histoire de Moshé nous implique toutes et tous personnellement dans les choix de nos vies chaque jour ?
Qui a fait retour définitivement pour pouvoir dire à son tour aux autres "soyez sans crainte, attendez, YHWH combattra pour vous, tenez vous tranquilles" ?

Qui par sa vie au quotidien, a quitté l'impulsivité pour démontrer par ses actes qu'il, elle, sait rester tranquille, en attendant que YHWH combatte pour lui, pour elle ?

C'est bien le message laissé par Shemot- il appela- au chapitre 14 verset 14 ! Un rappel de la Torah complète puisque 14 = 1+4 =5..tout comme le verset 14 . Le chiffre 5 étant la référence aux 5 livres de la Parole faite Chair, la Torah ! Tout est dit, tout sera accompli...

Il appela la Torah, Parole Faite Chair, complètement dans la vie de toutes et tous, leur disant que jusqu'au bout Il sera avec nous jusqu'à la fin, combattant pour nous, pour peu que nous soyons sans crainte, ne doutant jamais, restant tranquille , loin des agitations et de la tentation de chercher secours dans ce monde.

jeudi 16 novembre 2017

"ALORS VOUS VOUS SOUVIENDREZ..."

Alors, vous vous souviendrez de vos voies perverses et de vos œuvres peu louables, et vous aurez le dégoût de vous-mêmes, à cause de vos péchés et de vos abominations. Ezechiel 36:31

Pour parfaire la compréhension de ce verset il s'agit ici de prendre la lecture du texte dès le verset 22 et ce, jusqu'à la fin du chapitre.

Le lecteur avisé comprendra de suite qu'il est fait mention du temps du Millénium puisque le prophète parle du grand rassemblement d'une part et d'autre part des villes dévastées et reconstruites, même plus, repeuplées.

Or la question sous-jacente vise à résoudre une équation quelque peu étrange :

Comment le disciple en Yahshoua pourrait-il vivre son adhérence en toute justice s'il lui faut attendre le millénium pour voir acter le changement de son cœur de pierre en un cœur de chair ?

La Parole éclairant toujours la Parole, la seconde lecture par le Ruah nous rappelle les propos tenus par Paul aux Corinthiens quand il affirme :

"Vous êtes manifestement une lettre du Mashiah procurée par nous non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, les cœurs." 2 Corinthiens 3:3

L'élément central manquant nous oblige à revenir aux Tables de la Torah, écrite par le Doigt d'Elohim en personne, rappelées par David quand il chante :

Les justes posséderont la terre, et ils y habiteront pour toujours. La bouche du Juste profère la sagesse, et sa langue énonce le droit.
La Torah de son Eloha est dans son cœur, ses pas ne chancellent point. Tehilim 37/31


Elohim grave dans un cœur de Chair les Tables de sa Torah, pour peu que nous prenions en dégoût nos vies de péchés. Cela se nomme la Repentance, Faire Retour.

Ceux qui seront trouvés "endormis" en Yahshoua, la première mort, ressusciteront en premier suivis par les "échappés" du régime de la Terrer mené par l'impie. En un clin d’œil les corps seront changés, glorifiés à la Gloire d'Adonaï, partant à la rencontre dans les airs du Mashiah, Mashiah qui va poser ses deux pieds sur le Mont Sion.

S'en suivra un magistral séisme mondial, un bouleversement inédit, provoquant la ruine et le désastre des villes et des édifices, rien ne résistera, tout sera à reconstruire.

Dans ce chaos surgiront des "survivants", les fameuses nations qui devront monter, par délégation, à chaque Fête de Souccoth, et à chaque début de mois, pour adorer le seul NOM qui soit, à savoir Elohim et chercher les fruits aux vertus médicinales pour guérir des fautes mensuelles.

Ezechiel avertit que ce qui a été sera, ce que le juste doit vivre en Yahshoua, la repentance, la conviction de péché dans les larmes, sera de mise au jour de la reconstruction millénaire pour ceux qui feront la transition entre le monde d'Avant et le monde d'Après. rien de nouveau sous le soleil tant que cette terre sera de cet univers....

Nul ne pourra bénéficier d'un rassemblement vers la Terre d'Israël si son cœur n'a pas été brisé par la conviction de péché. Une étape que peu vivent, et que beaucoup occultent en passant allègrement d'une ignorance de la Parole à une vie sous l'effigie du Maître.
En sommes ils sont entrés par la fenêtre et ne connaissent pas la Porte étroite, ils sont à côté du Chemin Etroit.

Mon oreille avait entendu parler de toi....

Certes, mais l’œil n'a toujours pas vu la Grâce qui fait que l'on se retrouve dégoûté de son péché au point de ne pouvoir se relever. Il faudra la Main du Père par le Sang du Fils pour changer le cœur de pierre, cette table vile, en un cœur de chair traduit en hébreu par le même mot que "viande" : Bassar !

La viande qui sert de sacrifice, d'holocauste se retrouve de fait être le nouveau cœur que le justifié en Yahshoua a et doit posséder. Son cœur ne pourra être sanctifié ni reconnu par Elohim que si le préalable d'un sacrifice volontaire, à l'image d'Abraham pour son fils, est acté.

L'intellectualisme, voire le mimétisme, amène bon nombre de gens à se croire sauvés alors qu'ils sont toujours en périphérie du Royaume à venir. La délivrance ne s'invente pas, elle se vit réellement passant obligatoirement par le tour du Potier. Le brisement.

Paul fait état de l'amour, fruit qui résulte de la transformation par la repentance, il prend le temps de le décrire en 1 Corinthiens 13 mais là encore nul ne peut agir sans avoir au préalable abandonné son cœur de pierre, l'avoir déposé sur l'Autel du Sacrifice.
Croire que l'on a un cœur de chair, sacrifié au Père, sans porter les fruits de l'Amour acté vers les autres est un leurre, un voile sur les yeux, une tromperie qui trouve sa source chez Mamon.


Le temps du Maintenant résonne encore plus fort, chaque jour qui passe, comme le shofar céleste, appelant à l'humilité, forçant les portes blindées des entrailles des hommes, voulant que le méchant reconnaisse son état désastreux, afin de lui délivrer un cœur de chair, digne de tout sacrifice.

Vient le temps où la circoncision de cœur sera vérifiée par l'Avocat Yahshoua devant la Cour Suprême. Le verdict tombera sans appel possible, alors nous serons connus comme nous le sommes réellement c'est-à-dire croyant être justifiés mais pour beaucoup juste bons à être jetés au feu comme la paille d'un été éphémère.

Alors nous nous souviendrons de nos voies perverses...et de nos œuvres peu louables....

Rien ne sert de les cacher maintenant, elles sont collées à notre cœur pierreux pour peu que nous n'ayons pas encore vécu la repentance, celle qui fait que l'on est terrassé par qui nous sommes réellement.

Si nous n'avons jamais vécu le "dégoût de nous-mêmes" il est certain que nous avons toujours un cœur de pierre, inapte à aimer, incapable de la moindre compassion.
Ceci expliquant cela....

Rachetons le temps, il est mauvais; vient le Temps du "Maintenant" et du "Trop tard".

jeudi 9 novembre 2017

" ADOREZ ADONAI AVEC CRAINTE ET REJOUISSEZ VOUS AVEC TREMBLEMENT"

Pourquoi se démènent les peuples, et les nations agitent-elles de vains projets?
Les rois de la terre se soulèvent, les princes se liguent ensemble contre l’Adonaï et son oint.
"Brisons [disent-ils] leurs liens. Rejetons loin de nous leurs chaînes!"
Celui qui réside dans les cieux en rit, le Seigneur se raille d’eux.
Puis il les apostrophe dans sa colère et, dans son courroux, il les terrifie:
"C’est moi [dit-il] qui ai consacré mon roi sur Sion, ma montagne sainte!"
Je veux proclamer ce qui est une loi immuable: "L’Adonaï m’a dit: Tu es mon fils, c’est moi qui, aujourd’hui, t’ai engendré!
Demande-le-moi, et je te donnerai des peuples comme héritage, les confins de la terre pour domaine.
Tu les briseras avec un sceptre de fer, tu les broieras comme un vase de potier."
Et maintenant, ô rois, sachez comprendre, tenez-vous pour avertis, juges de la terre!
Adorez l’Adonaï avec crainte, et réjouissez-vous [en Elohim] avec tremblement.
Rendez hommage au fils, de peur qu’il ne s’indigne, et que vous n’alliez a votre perte; car bien vite sa colère prend feu: heureux tous ceux qui s’abritent en lui!

Tehilim 2

David prophétise plus qu'il n'écrit, poussé par le Ruah.

L'ensemble des Tehilim est une allégorie de toute l'œuvre de la Création depuis l'avant de la mise en forme de notre planète jusqu'à la rédemption finale du Fils Ben Elohim, Yahshoua HaMashiah.

Après le Tehilim 1, qui se veut être une introduction au 150 messages prophétiques, introduction destinée aux enfants et aux soldats d'Adonaï Cebaot , le chef des armées, la couleur est donnée d'emblée par le chapître 2 : Tout repose sur la reconnaissance du Fils. 
David annonce l'existence du Fils...il va plus loin, sous l'inspiration du Souffle, il fait le comparatif du sort des rois, issus des hommes et du Roi sacré, celui a qui l'hommage doit être rendu.

Lui le Mélek (roi) désigné par Elohim, s'inscrit dans une humilité voulue et reconnue , il place avant lui le Fils, le seul Mélek digne  de reconnaissance. Sublime témoignage pour les temps modernes où se gaussent sur estrade et autre piédestal des "conducteurs" tant politiques que religieux de tous bords, s'évertuant à chercher une renommée étiquetée à qui mieux mieux, par des dénominations à banderoles gravées dans le sable (pierre et béton)....La tempête soufflera sur tous les édifices faits de mains d'homme; aucun ne résistera, la prophétie du Mashiah s'accomplira en temps et en heure.

La rhétorique de David pousse à la méditation. Le titre de roi n'est pas l'apanage d'un titre honorifique , politique ou gouvernementale. Il revêt la position de tout un chacun dès lors que l'être humain , là où sa posture se révèle plus imposante que la norme, joue à l'artiste en haut de l'affiche.

La Parole parle de l'enfant Roi....De même elle prévient des temps de la fin où la jeunesse sera arrogante, irrespectueuse, n'honorant guère ses parents et encore moins ses congénères.

Dès le Tehilim 2, le Ruah avertit de l'importance de ne pas se placer en haut de l'affiche et encore moins, en tant que parents,  responsable, adulte à quelque niveau que ce soit, de laisser son prochain prendre la place du seul Roi qui soit digne d'hommage, Yahshoua.

Laisser l'enfant dans un délire de confrontation avec l'adulte le met indéniablement dans une posture de Roi. Il sera brisé par "un sceptre de fer, broyé comme un vase de potier".

Laisser nos bien-aimés , adultes ou non, s'assoire sur un trône royal contribue à bien des épreuves dans le futur, épreuves qui auraient et qui pourraient être largement évitées.

Des le second verset, il est question du Oint de l'Adonaï. La planète, sous l'effigie du prince des Ténèbres, complote contre la Seule Royauté qui soit, mettant l'homme à la place du Calife, le faisant "Elohim" à la place d'Elohim.

La seul loi Immuable qui excelle en matière de Vérité, repose sur l'engendrement du Fils par Elohim. Il a été placé au-dessus de ses compagnons nous révèle ailleurs la Parole. Vouloir un roi dans sa famille, au sein de ses enfants, vouloir un roi dans sa communauté au sein de la qehila, revient à renier le Fils engendré, celui à qui toute la terre doit rendre hommage.

Et maintenant....

Cela sonne comme un ultimatum, pour chacun d'entre nous. Le temps est lié au Maintenant. Point demain ni dans un futur lointain. Cet avertissement se retrouve dans  2 Corinthiens 6:2

"c'est Aujourd'hui le temps du Salut" salut qui signifie Délivrance....

La délivrance mot plus ajusté et plus vrai que salut, puisque Yahshoua signifie YHWH sauve, délivre, la délivrance donc ne peut conduire à la réjouissance que si elle nous dépouille auparavant de toute tendance, volonté, soit à régner, soit à se laisser diriger par un autre mélek que le seul Mélek légitime, Le Mashiah.

La venue de l'impie séparera le grain de l'ivraie. Elle révèlera ceux qui ont la propension à régner, comme ceux qui ont fait le choix de docteurs dispensant des choses agréables à leurs oreilles, de ceux qui seront identifiés comme brebis isolées, tondues et malades , et qui ont pris le parti d'être errantes en attendant le seul Berger digne de leur hommage.

Tout un programme ...

Ainsi l'ordre de David dans ce Tehilim de "d'Adorer avec crainte et de se réjouir avec tremblement" prend tout son sens.

L'appel à l'adoration doit se faire avec circonspection, sérieux . Il est besoin de procéder avec élimination. Quel Roi adorons nous ? Dans quel assemblée, communauté suis-je ? autant d'éléments à sonder avant de se lancer dans l'adoration pour peu que parmi les participants se cachent de faux rois voire des moutons de panurge vivant par procuration, adorant la créature plutôt que le Créateur.

L'impie rassemblera un ramassis de moutons , adorant la création, choisissant eux même leur propre roi, l'histoire se répètera une  nième fois puis viendra la fin.

Adorer avec crainte appelle le disciple à " sortir du milieu d'elle " , de cet espace-temps humanisé , inscrit dans un processus babylonien. L'adoration se veut et se doit craintive, il s'agit de se présenter devant le Saint Trône dans le lieu Très Saint, lieu qui nous vaudrait la mort instantanée si notre médiateur, Yahshoua, avocat de nos vies, ne siégeait pas à la droite du Père, intercédant pour nous à chaque fois que nous osons nous présenter devant le Roi suprême....L'histoire d'Esther vient donner une forte couleur à nos audaces.

Adorer n'a guère de parenté avec l'exaltation fébrile ou une quelconque ambiance de festivité charnelle. Adorer s'inscrit dans une position de respect, d'allégeance, de soumission.

Première étape avant d'enclencher  une réjouissance, réjouissance qui se fait dans le tremblement parce que nous avons osé nous approcher de notre Abba , Père , papa, par le voile déchiré, ce qui n'enlève en rien la suprématie d'Elohim qui ne peut et ne pourra jamais nous regarder qu'à travers le sang de son Fils.

Ne pas l'oublier est un gage de survie et de bonheur !

lundi 6 novembre 2017

" TOUTE PLANTE QUE MON PERE N'A PAS PLANTEE SERA DERACINEE."

"Toute plante que mon Père dans les ciels n'aura pas plantée sera déracinée. Laissez-les ! Ils sont des guides aveugles, et quand un aveugle guide un aveugle, ils tombent ensemble dans une fosse."
Matyah (Mathieu) 15:15



Parole de Yahshoua Ben Elohim. Arrêtons nous plus qu'un instant et considérons des vérités spirituelles, matérielles et physiques intrinsèquement liées.

La Parole considère l'homme comme un arbre, symbole référencé de nombreuses fois dès lors que le Salut de l'Adam est en jeu. Nul ne peut vivre sans sa racine initiale, soufflée aux jours premiers dans un Eden exempt de péché.

Pour saisir la portée de cette Vérité en Matyah , il faut au préalable avoir la connaissance de la Torah, et notamment Béréchit (genèse). Le premier Adam, sorti des mains mêmes d'Elohim, a été planté dans un décor bien loin d'Hollywood , bien mieux encore, dans un décor céleste, aux senteurs et lumières qu'aucun réalisateur cinéphile ne saurait égaler.

Adam, arbre enraciné dans l'Echad, Yadchad, de son Père créateur de toutes choses, apparaît comme un Arbre vivant, arrosé chaque jour par la rosée du matin, l'amour d'Adonaï.

Etrangement le mot biblique Hébreu est identique à celui que l'on retrouve dans Proverbes 16:30 concernant  l'homme pervers dans ses pensées , dont la signification n'est autre que Fermer !

L'Arbre  Fermé à la vie n'est autre qu'un figuier asséché, un arbre sans fruit, un Adam mortel, mort à la Vie, mort à la Vérité, mort au Chemin. Le péché réside en lui, il est à l'image de l'Adam chassé de l'Eden, vivant aux milieux des ronces et des épines, trimant pour un peu de joie sur sa table, emporté par les angoisses et les soucis de ce monde. Le mal ronge si intensément que le malade s'en accommode au point de ne pas, plus, voir la source , refusant le diagnostic, chassant la Vérité pour s'en inventer une plus aisée, plus commode, un leurre qui l'enferre loin de la Vérité qui affranchit.

L'Arbre vivant , humanisé par la seule volonté d'Adonaï comporte deux faces celles du choix de vie par l'Eau qui vivifie et celui de la mort par les pensées perverses; un choix qui ne quittera jamais plus l'humanité jusqu'à son dernier Souffle, le dernier grand jour.

Vos pensées ne sont pas mes pensées dit Elohim ...Esaie 55:8

Ainsi l'homme, quel qu'il soit, se retrouve devant un choix inéluctable: celui d'être une plante, venant d'Elohim , c'est à dire semée en terre, un grain qui a choisi de mourir entièrement à lui-même, ou alors une plante enracinée dans sa propre volonté de faire de sa vie ce que bon lui semble, selon ses propres pensées, celles qui ne sont pas d'Elohim.

Parmi la masse colossale de toutes celles et ceux qui se proclament du Très-haut, peu sont des plantes que le Père des ciels a plantées. Il est primordial de comprendre ici la leçon de Yahshoua . Il interpelle sur deux éléments cruciaux :

1° Etre planté...nous pouvons penser (sic) en toute légitimité humaine, être planté dans l'œuvre , dans l'adhérence du Très-Haut, le Chef des Armées. Encore faut-il s'assurer que c'est bien LUI qui nous a plantés. Si ce n'est pas le cas, qui alors aurait bien pu nous tromper avec notre accord (sic bis) ?

L'aveugle volontaire a cette fatuité visuelle de choisir ce qu'il ne veut en aucun cas voir...Il perçoit mieux qu'un pilote de ligne les lignes directives contraires à ses pensées; il sait parfaitement les éviter. Mieux, il trouve rapidement des adeptes cherchant le docteur aux ordonnances agréables à leurs oreilles, cachant, plus que calmant, la gangrène du péché.


Il appartient au Père de déraciner, cela viendra au jour du Jugement qui commencera pas la Maison du Peuple d'Adonaï. Il convient donc de ne pas aller trop vite en besogne, dans une quelconque condamnation des goyim, voire des "incultes ignorants" en oubliant que les éclairés, ceux qui voient , ceux qui savent , passeront en premier devant le Grand Juge. La hache est déjà à la cognée nous dit la Parole...Le déracinement a déjà commencé.

2° Le deuxième point crucial de cet édicte de Yahshoua devrait nous laisser quelque peu songeur , pour ne pas dire nous pousser à l'introspection profonde menant au vrai repentir. En effet, après le déracinement Ben Elohim ordonne de Laisser ceux qui se disent guides (et non conducteurs dans les moult fausses traductions gréco-romaines). Guides aveugles, sages à leurs propres yeux, plantes issues d'un autre Maître.

Invariablement "sortez du milieu d'elle" résonne sans cesse, un appel à la sauvegarde de nos vies, un gain de temps pour racheter celui qui est mauvais, une mise en garde de vouloir faire à la place du Souffle, le Ruah seul révélateur et précepteur de nos âmes.


A vouloir s'essayer vindicatif là où seul l'éloignement doit être de mise, l'on risque assurément un épuisement spirituel, physique si ce n'est un engloutissement avec tous ceux qui vont tomber ensemble dans leur propre fosse.

Laissez-les ! est le mot d'ordre du Maître ! la Parole ne se porte qu'à ceux qui sont listés dans Esaïe 58 et rien qu'à eux. Le vouloir autrement fait de nous des plantes semées par un autre Maître, et nous amène indubitablement au déracinement final.